Wakfu: Nouvelle Ere

Forum RPG dérivé du MMORPG Wakfu.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Comment faire du RP

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
pnj
avatar
■ Messages : 94
■ Points D'expérience : 528
Date d'inscription : 13/01/2016
MessageSujet: Comment faire du RP   Mar 15 Mar - 15:01


Comment RP


Certains d'entre vous se sont inscrits sur Wakfu Nouvelle ère et c'est la première fois qu'ils font du RP. Pas de panique, nous débutons tous un jour, et ce n'est pas très compliqué. J'ai décidé de vous mettre des tutos qui viennent d'un autre forum afin que vous ayez des explications précises sur comment procéder.

Il est important de se dire que vous venez pour vous amuser, donc ne vous prenez pas la tête pour écrire vos RP, si ce n'est pas parfait, vos partenaires s'adapteront. Et si vous avez un doute, revenez sur ce topic. ^^


1. Les différentes personnes en RP
2. Décrire et faire passer des émotions
3. Ecrire dans la joie et la tranquillité
4. L'art du dialogue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpgwakfu-nouvellee.forumactif.org
pnj
avatar
■ Messages : 94
■ Points D'expérience : 528
Date d'inscription : 13/01/2016
MessageSujet: Re: Comment faire du RP   Mar 15 Mar - 15:01


1. Les différentes personnes en RP

Ce tuto est réalisé par Mari-Jane sur Pub RPG Design.


« Je, tu, il, nous, vous, ils. » Six personnes et donc six possibilités que les Role Players aiment utiliser dans leurs RP. Bien souvent, vous croisez dans le monde du RPG, des joueurs qui utilisent principalement, deux personne, le « je » et le « il ». Cependant, on commence à croiser de plus en plus souvent le « tu », ce qui peut parfois être déroutant, mais qui s’explique selon le style que l’écrivain veut donner à son RP. Dans cet article, nous allons décortiquer les différentes personnes, en s’attardant principalement sur les trois premières, qui sont les plus couramment utilisées, à moins que vous jouiez un personnage schizophrène, qui parle en « nous ».


I. « Je », une manière simple de s’approprier son personnage.


Bien souvent, vous croiserez des joueurs qui utiliseront le « je » pour écrire leurs RP. Cette personne est l’un des moyens les plus simples pour entrer dans la tête de son personnage, mais elle a aussi la contrainte de voir que par lui. En langue française, on appelle cela le point de vu interne. Puisqu’en toute logique, si le RPGiste suit bien cette méthode, il perçoit la scène qu’à travers son personnage, dont obligatoirement il connait l’histoire. L’écrivain voit ce que son personnage voit, il sent, il entend tout comme son personnage. En plus d’être au courant du passé et du présent de son personnage, il peut entrer dans sa conscience et connaître la moindre de ses pensées.

Si l’on désire s’approprier au maximum son personnage, le « je » sera la meilleure des personnes à utiliser. D’ailleurs, c’est un excellent moyen pour fournir votre RP de différentes informations, par exemple :

« J’entrais dans la pièce, un homme était déjà présent, brun, le visage pâle, les cheveux en bataille, je le trouvais particulièrement charmant. En cet instant, j’étais émue et je ne comprenais pas pourquoi. Qui était cet homme ? »

Comme vous pouvez le voir dans cet exemple, à l’aide de votre personnage, vous pourrez décrire ses actions, mais aussi ce qu’il voit, comme un charmant jeune homme dans une pièce ! Pour mieux aider votre lecteur à tout savoir sur l’environnement dans lequel se trouve votre personnage, ne lésinez pas sur les descriptions ! C’est même essentiel. D’ailleurs, n’oubliez pas la description de vos actions, ça permettra à tout le monde de savoir ce que fait votre personnage.

II. « Il », une personne, pour s’approprier tout un environnement.

Ecrire avec « Il » ou « Elle », si votre personnage est de sexe féminin, vous permet de maîtriser tout un environnement et de pouvoir combler les lacunes du « je ». D’ailleurs, écrire de ce point de vu, vous permettra de faire beaucoup plus de descriptions, puisque vous contrôlez aussi ce que votre personnage ne voit pas. La troisième personne, vous permettra de connaître l’histoire de votre personnage, de l’environnement où il se trouve, mais aussi des personnes qu’il côtoie, leurs secrets et pas seulement ce que votre personnage sait. Dans les romans, vous maîtrisez tout ce qui entoure votre héros, en toute logique, même si cela est moins évident en RP, vous devriez le faire dans vos RP. Ensuite, même si cela est moins évident que le « je », vous pouvez aussi vous approprier au maximum le personnage que vous jouez. Même si cette personne semble faire peur à de nombreux joueurs, nous vous montrons que rien n’est impossible, par cet exemple :

« Elle entra dans la pièce, un homme était déjà présent, brun, le visage pâle, les cheveux en bataille. Elle le trouvait particulièrement charmant, sans savoir qu’en fait, il était cet homme, qu’elle croisait, tous les jours depuis un an. Soudain, alors qu’elle ne le voyait pas un inconnu entra lui aussi dans la pièce. »

Comme vous pouvez le voir, avec cette personne, vous pouvez obtenir des informations, que votre personnage ne peut pas savoir et qu’en toute logique, vous ne pouvez pas utiliser avec « je ». Ainsi en plus de pouvoir décrire la personne que votre personnage croise, vous pouvez ajouter des informations en plus, qui peuvent présenter ce personnage.

III. Le "tu" une personne simple, mais déroutante.

Il existe peu d’auteurs qui dans leur roman emplois le « tu ». Cette personne est pourtant de plus en plus présente en RP, elle est déroutante et peut faire parfois polémique. Pour faire simple, le « tu » permet de maîtriser deux univers, celui de votre personnage et le monde qui l’entoure. Normalement vous n’êtes en rien fermé, libre de vos choix et des pensées de vos personnages. Cependant, faites attention à ce style d’écriture, qui même s’il rend les textes plus poétiques, doit être correctement utilisé. En utilisant le « tu », vous ne devez pas passer du coq à l’âne, même si vous ne pouvez pas présenter directement votre personnage, sauf en faisant quelques pirouettes syntaxique, vous devez montrer que vous maîtrisez l’univers dans lequel vous jouez. Vous ne devez pas non plus mélanger les pensées. Ainsi, évoquez d’abord votre personnage, qui est le centre de votre pensée, pour ensuite parler de l’univers, ou inversement, évitez de mélanger les deux, surtout quand vous introduisez les deux univers, sinon, votre lecteur ne comprendra plus rien.
Même si cette personne est attrayante, je préfère mettre en garde ceux qui l’utiliseront, de d’abord longuement s’entraîner, pour que tout ait une cohérence. Beaucoup ont déjà dû lire un RP en « tu », certains sont relativement bien maîtrisés et d’autres sont un amas de phrase incohérente. Pour reprendre mon exemple des deux autres personnes, voici, ce qui pourrait être fait :

« Tu entres dans la pièce, un homme était déjà présent, brun, le visage pâle, les cheveux en bataille. Tu le trouves particulièrement charmant, sans savoir qu’en fait, il est cet homme, que tu croises tous les jours depuis un an. Soudain, alors que tu ne le vois pas, un inconnu entre lui aussi dans la pièce. »

Voilà, normalement l’exercice est simple, mais là, ce sont que deux trois lignes, les choses sont différentes quand vous devez écrire un RP de 600 mots. D’ailleurs, si vous utilisez le « tu », je vous conseille d’utiliser le temps du présent qui est beaucoup plus agréable à lire que le passé.


IV. Conclusion


Pour faire un petit bilan de ce tuto, avec le « je », vous ne faites qu’un avec votre personnage et vous ne devez absolument pas vous détacher de lui, surtout pas pour entrer dans la tête d’un autre personnage qui n’est pas le vôtre. Avec la troisième personne. En l’utilisant, vous maîtrisez tout votre environnement. Vous avez un point de vu omniscient qui vous permet d’entrer dans la tête de votre personnage, mais aussi connaître des choses que lui ne connait pas. Pour le "tu", même si en ce qui concerne la conjugaison et la cohérence, est beaucoup plus difficile à utiliser, il vous apporte, comme le "il", une large gamme de pensée, qui vous ouvre tout l'univers de votre personnage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpgwakfu-nouvellee.forumactif.org
pnj
avatar
■ Messages : 94
■ Points D'expérience : 528
Date d'inscription : 13/01/2016
MessageSujet: Re: Comment faire du RP   Mar 15 Mar - 15:02


2. Décrire et faire passer des

émotions

Ce tuto est réalisé par crash_ sur Pub RPG Design.

Sans doutes vous êtes-vous déjà retrouvé dans le cas où, en lisant un RP, vous avez réussi à sentir l'énervement du protagoniste, sa tristesse, sa détresse. Peut-être vous est-il même arrivé de verser une larme, ou de sentir les poils de vos bras se dresser sous l'émotion ? Dans ce Tutoriel, je vais tenter de vous livrer mes techniques pour faire passer une émotion, ou tout du moins, pour la décrire au mieux.

I. Pour bien commencer.

Pour bien commencer, sachez que vous n'arriverez à décrire l'émotion de votre personnage que si vous le connaissez par coeur. Ou que vous vous sentez un peu comme lui. Si certains des aspects de votre personnage vous échappent, il sera difficile de s'approprier une émotion, qui est quelque chose d'infiniment personnel.

Ensuite, écrire sous la stimulation d'une musique peut aider. Je ne parle pas de musiques à parole. Je parle de musique d'ambiance. Style, musique de films. Voici quelques playlist agréables, et stimulantes, pour rédiger un RP : (cependant, ça ne fonctionnera pas chez tout le monde, je vous l'accorde.)

https://www.youtube.com/watch?v=Gf6-BcU0h-s
https://www.youtube.com/watch?v=SEKELU-F9S4
https://www.youtube.com/watch?v=DeXoACwOT1o
https://www.youtube.com/watch?v=3TAUnYZpMbA
https://www.youtube.com/watch?v=Lmb2Xc-3rXg

II. Et les émotions, on en parle ?
La musique ne fait pas tout, vous vous en douterez bien :perv:
Place aux émotions mes lapereaux. Je vais illustrer mes propos par des extraits de mes propres RP afin que vous visualisiez ce que ça peut donner.
Je vais me focaliser sue les émotions délicates à cerner. Autrement dis, la colère ; la haine , le mépris, le manque de confiance en soi et la tristesse.

1. La colère ; la haine
La colère est un sentiment où tout se passe très vite dans notre cerveau. On réagit sans vraiment réfléchir. On fait des choses que l'on regrette. Décrire la colère, poser des mots dessus, c'est réussir à la mettre en RP. Comprendre comment on agit avec ce sentiment, c'est faire agir notre personnage. Et il faudra s'en inspirer pour toutes les émotions.

Pour décrire la colère en RP, je m'arrange pour écrire au présent, c'est un temps qui nous projette beaucoup plus dans l'action. Pour accentuer cette rapidité de l'émotion, je privilégie les phrases courtes. Quitte à ne mettre qu'un mot dans la "phrase". Le rythme accéléré des points précipitera le lecteur.

Ensuite la question qu'il faut se poser, c'est : quels sont les éléments ; les animaux ; les objets qui pourraient m'aider à décrire ce sentiment. La réponse que j'ai trouvé comporte les mots suivants : feu ; flamme ; ours ; loup sauvage ; hurlement ; lame ; tranchant ; rouge ; bouillir ; chaleur. Il faut donc essayer de jouer sur les figures de style, les métaphores, pour faire transparaître, une fois de plus, l'émotion.

Exemple de RP :

Citation :
Je me retournai vers elle. Les veines saillaient sur mon front. Mon regard brulait. Non. En effet. Je n’avais jamais réussi à avancer. Et le gamin cinglé allait t’arracher la tête.
[...]
’es qu’une ordure Amarinda. Comme tous les autres vainqueurs. Je me levais brusquement. Je ne me contrôlais plus. Mes yeux brillaient d’une rage nouvelle. Une soif de vengeance jusqu’à présent inassouvie. Je voulais voir périr celle qui avait ôté la vie à l’être le plus cher qui m’avait jamais entouré. Je la regardai. Je ne dis rien. Mon attitude en disait assez long. Elle avait dépassé les limites. Elle s’était aventurée sur un terrain sur lequel elle n’aurait jamais dû s’avancer. Grossière erreur. D’une force domptée par une sourde folie. Une folie animale. Un instinct de tueur. Je la fis basculer en arrière. Son corps svelte et fragile était plaqué contre le sol encore froid tel qui l’était toujours au printemps. Les oiseaux gazouillaient dans leurs arbres. Je me penchais vers elle. Tu n’aurais jamais du. JAMAIS. Ma voix était roque. Froide. Violente. Un hurlement désespéré. Comme une oursonne qui vient de perdre son petit au combat. Le hurlement de la bête fauve en quête de vengeance. Je n’étais plus pareil. Totalement métamorphosé. Avide de sang. Celui d’Amarinda Et je me baissais dangereusement vers elle. Avançant mes mains usées vers sa gorge pure. Je la voyais. Blanche dans l’obscurité. Elle m’attendait. Elle criait. Tue-moi. Tue-moi. Venge-toi. Je l’entendais. Et mes mains se rapprochèrent. Encore. Dangereusement. Et elles trouvèrent leur emprise. Se posant avec une délicate violence sur cette gorge que j’avais jadis aimée.


Vous pouvez remarquer dans cet exemple, que j'utiliser des oxymores. C'est a dire que je superpose des choses qui ne vont pas du tout semple. "une délicate violence" ; "mais usées vers sa gorge pure" ; ... Cette technique peut vous être utile dans différentes émotions, afin d'accentuer un contraste, et d'amplifier les sentiments.


2. La tristesse
La tristesse est un sentiment calme. Calme et déchirant. On se sent vide et ayant envie de rien. La tristesse peut se décrire de deux manières : une tristesse profonde, presque langoureuse, avec des phrases très longues. Et une tristesse énervante, frustrante, blessante, qui se rapproche de la colère. Avec des phrases courtes, donc. Elle peut aussi se décrire en mêlant les deux styles.

Pour les éléments qui s'y rapporte, j'ai envie de ntoer : froid ; vent ; bise ; glacial ; bleu ; larme ; cristal ; lame ; flèche ; amertume.

Exemple de RP :

tristesse amer a écrit:
Une brise amer soufflait sur le district huit. Acide. Odorante. Electrique. Une brise qui m'enveloppait de remords et de chagrin. Et j'avançais. J'avançais vers ce tas de terre sous lequel se cachait un corps. Meurtri. Un corps. Assassiné.

qui, dans la suite du RP, devient plus nostalgique :

Citation :

Je suis face à la terre meuble que l'on vient de verser sur la tombe. Je me baisse et dépose une rose d'une blancheur éclatante sur le sol terne. Adieu Yorell. Puisse l'au delà t'être plus favorable que ce que n'a été ta courte vie ici. Je me retourne. Diana. Il faut que je lui parle. Sache que parfois le destin nous échappe. J'aimerai que tu prennes ceci comme des excuses. Je n'arrive pas à en formuler. Mais au fond je sais que tu en as besoin. Je doute qu'on se revoie un jour, Diana. Je me retourne. Je n'attends aucune réponse. Et je repars de là où je suis venue. Digne. Fière. Comme je l'ai toujours été.

Adieu Yorell.
Adieu Diana.
La vie continue pour moi. Les jeux reprendront. D'autres mourront. Je ne ferai plus de promesses. Car les promesses, on est jamais sûr de les tenir.


Exemple de métaphore pour la tristesse :

Citation :
La vérité. Rien que la triste vérité. Brûlante comme le soleil. Et froide comme le sont les plus froides calottes glaciaires. Tranchante comme un couteau de boucher qu’on vient d’aiguise


Vous pouvez voir dans cet exemple de RP, que je tutoie mon interlocuteur de RP à travers mes descriptions. c'est aussi un moyen de plus pour faire ressentir vos émotions, car, s'il est utilisé de façon ponctuelles et non répété, il projette le lecteur directement dans le vif du sujet.

3. Le mépris
Pour le mépris, il ne faut pas hésiter à y aller en comparaisons non flatteuses. Il faut jouer sur la description du contraste entre votre personnage "royal" et le reste "merdique". Ceci dit, n'y allez pas trop fort en hyperboles. Vous pouvez aussi utiliser la technique d tutoiement en description. Vous pouvez aussi indiquer que votre personnage se satisfait lui même du discours de son esprit, en lui imposant une posture sympathique mais fière, avec des sourires narquois. Vous pouvez aussi utiliser des figure de style d'ironie. Décrire de façon positive l'objet de votre mépris, en ajoutant une description moqueuse pour l'attitude de votre personnage, ou en ajoutant des mots qui tiquent. ("cafard de luxe", par exemple, dans mon RP)

Exemple de RP : (dans cet exemple, j'utilise quelques injures, allez-y molo tout de même, selon le forum sur lequel vous êtes)

Citation :
Et quand la porte s'ouvrit, je me levai pour applaudir. Bande d'imbéciles. Oh que vous aviez l'air cons sur vos chars tirés par des chevaux innocents. Vous aviez l'air de figurines d'échec qu'on déplaçait. Qu'on sacrifiait pour en sauver d'autres. Un poil lustrés pour faire genre que vous aviez la classe. Mais en fait vous etiez aussi petit que les cafards qu'on trouve parfois dans la salle de bain et qu'on écrase sans état d'âme. Ouais. Une bande de cafards fiers dans un accoutrement débile. Je sourai. J'avais hâte que cette mascarade prenne fin. j'avais hâte que les vrais festivités commencent et que le sang coule. A ce moment là, croyez moi, vous n'aurez plus l'air de capitoliens. Vous serez des merdes parmi tant d'autres. Et l'arène sera votre ultime tombeau. Votre ultime délivrance.
[...]
Je m'approchai de l’estrade. Le char du district 8 interpella mon regard. Ils rayonnaient. Comme des cafards de luxe. Je souriais de plus belle. Je ne doutais pas que les deux gosses du huit s'attireraient de nombreux sponsors. Encore fallait-il qu'ils ne foirent pas les entraînements. J'émis un rire léger. Glacial. A bientôt devant la faucheuse.


Le mépris peut aussi se décrire simplement en remplaçant des verbes par des verbes plus péjoratif. Ex : il ne fait pas un discours, il vomit des mots. Il ne court pas, il se démène comme un pantin, etc...
Les questions en description sont utiles aussi pour décrire des émotions. Elles peuvent être utilisées pour le mépris, afin de montrer que, "non vraiment, je vaux mieux que toi."

Exemple de RP :

Citation :
Elle s'avance et vomit des mots écrits pour elle par une flopée de capitoliens. Qu'en reste-t-il de sa liberté ? Qu'en restait-il de la mienne ? Je me souviens de ma tournée. Et de ces discours devant des gens qui ont juste envie de t'étriper. C'est un peu comme faire défiler un camion plein de victuaille face à de pauvres affamés, sans jamais les laisser se servir. Et le capitole se sert de toi pour montrer à Panem, au grand Panem, que le Capitole, une fois encore, s'est montré plus malin.


4. Manque de confiance en soi
Le manque de confiance en soi peut se révéler sous deux formes : tout d'abord un mépris de son personnage, puis des auto-interrogations. Vous pouvez décrire ce sentiment en déscription, plutôt qu'en dialogue, ça rendra les choses moins pathétiques. Pour le mépris de soi, 'jai tendance a utiliser des phrases très courtes (première partie de l'exemple), pour asséner les adjectifs les uns sur les autres, comme si au final, ya rien de positif sur le personnage. Pour le questionnement, je prends un style plus fluide, des phrases légèrement plus longue, avec des questions, des doutes, et une conclusion par du "finalement j'en sais rien de mes capacités".

Exemple de RP :

Citation :
Mais je ne fis rien. Je restais impassible. Comme si rien ne m’ébranlait. Comme si je n’étais qu’un mur de pierre. Inerte. Insensible. Froid. Sans doutes aurait-elle pu parler à un arbre qu’elle n’aurait pas vu la différence. Elle avait su faire beaucoup pour moi. Elle m’avait redonné confiance et espoir. Et con et lâche que j’étais je le lui rendais grassement. Quel imbécile j’étais ! Non. Même pire que ça. Un connard. Un salaud. Une merde. Je ne méritais pas d’Amarinda en ami. Je ne l’avais jamais méritée. Je ne méritais personne. Et le silence était pesant. Aussi lourd que mon cœur. Aussi lourd que tout ce que j’avais envie de lui dire. Lui dire que j’étais indigne. Que pour son bien elle ferait mieux de ne jamais me revoir. Car je la faisais souffrir. J’en étais conscient. Peut-être même plus que ce que je pouvais la rendre heureuse. Je n’en savais rien. Et je conservais ce silence hésitant. Mon regard perdu dans le vide le plus noir. Mes iris imprégnés de tumultueuses vagues de couleurs. La pupille dilatée


III. Fiche technique ; et erreurs à ne pas faire

Pour résumer, voici un listing de ce que vous avez pu apprendre dans ce petit tutoriel. Je vais rapidement lister les points positifs et négatifs de chaque technique.

- utiliser des phrases courtes.
+ : dynamiser un RP ; faire transparaître une agitation ; accentuer des émotions
- : utilisés à répétition sur un trop long chemin, ça peut lasser le lecteur
=> comment faire alors ? n'hésitez pas à enchaîner temps de phrases courtes avec des phrases plus longue, pour ne pas lasser votre lecteur.

- utiliser des oxymores.
+ : permet de renforcer un contraste émotionnel, permet de souligner une éventuelle dualité au sein de l’esprit de votre personnage (ex : je fait ceci, mais au final, je préférerai ne pas le faire.)
- : s'il n'est pas bien amené, ou trop souvent répété, cela peut paraître étrange et déroutant.
=> a utiliser en de rares occasions pour en garder tout l’intérêt.

- utiliser des métaphores.
+ : permettent d'illustrer l'émotion avec des éléments concrets, dans une figure de style délicate
- : il faut que la comparaison soit juste
=> penser à lister ce que vous évoque l'émotion, pour utiliser la métaphore la plus appropriée.

- utiliser le présent.
+ : un rp dynamique, une projection directe dans la tête du personnage
- : difficile de s'y tenir
=> relire plusieurs fois votre rp pour vérifier que tous les temps coïncident

- utiliser un tutoiement/vouvoiement en description
+ : surprend le lecteur, projette le lecteur dans la tête du personnage
- : utilisé trop souvent, il perd son sens et perd le lecteur dans le texte
=> a utiliser dans des occasions spéciales et sur un labs de temps court

- utiliser l'ironie.
+ : permet de faire facilement une idée de mépris
- : difficile à gérer sans que ça paraisse synthétique.
=> un peu d'entraînement ; ne pas en abuser

IV. Conclusion

Voilà. J’espère que ce tuto vous a été utile. N'hésitez pas à me poster votre point de vue, afin que je l'améliore éventuellement. Si vous avez des questions, je reste à votre disposition.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpgwakfu-nouvellee.forumactif.org
pnj
avatar
■ Messages : 94
■ Points D'expérience : 528
Date d'inscription : 13/01/2016
MessageSujet: Re: Comment faire du RP   Mar 15 Mar - 15:03


3. Ecrire dans la joie

et la tranquillité

Ce tuto est réalisé par © Yumiita. sur Pub RPG Design.


Avant de prendre la plume (ou clavier)
Évidemment, il nous arrive à tous de vouloir, ou de devoir, faire un rp, vite vite vite, entre deux révisions, ou avant de sortir, ou avant d'aller se doucher. Bref ce genre de situations où on regarde l'horloge et où on se dit : « J'ai une heure, je fais un rp et après fini, j'ai bonne conscience ». Vous n'avez pas besoin de moi pour sentir qu'il y a là quelque chose qui ne va pas. Il y a immédiatement de fortes chances, quel que soit notre talent, qu'on n'arrive à rien du tout. Et que ça fasse comme dans des révisions de cours : « Et voilà c'est ets du propre il ne me reste plus qu'une demi-heure et j'ai à peine avancé. ». Donc mauvaise tactique. Un rp nécessite d'avoir un peu de temps devant lui, mais surtout de ne pas être stressé. Si l'autre attend sa réponse avec impatience, vous expliquez : je fais ça dans le week-end voilà, tranquillement. Et c'est l'esprit serein que vous attrapez le stylo.

Non ! Pas encore en fait. Une bonne astuce est de ne pas se ruer sur son clavier. Mais plutôt de relire le rp précédent (donc celui de la personne avec qui vous construisez ce topic), pour vous replongez dans l'atmosphère. Et là, de prendre quelques minutes pour laisser vagabonder votre esprit : quand il ne s'agit pas de faire des phrases, ça va souvent plus vite. Donc quelques minutes où vous vous complaisez à imaginer les réactions de votre personnage, riant, courant, restant solitaire. Vous imaginez un cadre, aussi farfelu soit-il, vous pensez aux gens qui passent. Bref, comme un petit film dans votre tête, tout le monde a fait ça un jour. Vous partez de la situation lue, vous passez par touuuuuutes les péripéties que vous voulez, pour arriver à une nouvelle situation. Plus elle est différente de la situation de base, plus c'est réussi.

Exemple : votre personnage est assis à côté d'un autre et discute. Vous vous faîtes votre film, sur les gens qui passent, une colère soudaine de votre personnage, des souvenirs, le paysage bizarre. situation finale : votre personnage est debout, en train d'acheter des bonbons juste en face. Là, vous tenez la matière à un très bon rp, car il va y avoir une évolution. Et c'est ce qui est le plus agréable à jouer.

La prise de plume
Il s'agit alors d'écrire. Alors écrivez ! Ca paraît logique ? Eh pourtant tout le monde ne le fait pas. On écrit deux mots, on s'arrête, on les relit. Ou bien on ne trouve pas les premiers mots. Ou au bout d'un paragraphe, on ne voit plus comment avancer. Eh bien non ! Puisqu'il s'agit d'écrire, écrivez ! On ne trouve pas les premiers mots ? Alors on commence par un autre endroit, dans le coeur de l'action. On hésite sur deux formulations ? On tranche, au hasard. On ne sait plus comment avancer ? On tente, n'importe quoi. L'entrée d'un inconnu, un changement météorologique soudain, le personnage qui pense à quelque chose, n'im-po-rte-quoi. On écrit. On se glisse dans la peau du personnage, et on écrit ce qu'il voit, ce qu'il pense. Il renifle soudain et en a honte ? On écrit. Il regrette d'avoir choisi le pantalon chic plutôt que le jean ? On écrit. On écrit pourquoi, quand, comment, quoi, où. On écrit, on avance. Oui ce que je fais s'appelle du bourrage de crâne. Mais pour trouver un style, et pour prendre du plaisir à rp, il faut aligner les phrases les unes à la suite des autres. Quitte à se relier après, mais c'est un autre problème. Le blocage n'existe pas.

Si on vient de rédiger un paragraphe dont on est fier, on continue. Ce ne sera pas à la hauteur du premier ? Peu importe. Tant qu'il y a des idées, il faut les coucher sur le papier. Et il y a toujours des idées. Vous décrivez et imaginez un monde ! Il y a des sensations, il y a des gens, il y a des dialogues, il y a des sentiments, des paysages. On écrit tout ce que cela nous inspire. Tout en gardant notre trame préalable. Oui, vous vous souvenez ? On a prit quelques minutes pour imaginer notre personnage. On est arrivé à une situation finale. Et bien on a ce fil conducteur en fond. Il convient maintenant de broder, de raconter ce qu'on a imaginé, de l'enrichir. On ne lâche la plume qu'à la fin du rp, que quand on a trouvé la situation finale. Certes j'exagère, évidemment. Et vous l'aurez compris. Mais il s'agit ici de donner des trucs et des astuces, donc de bien les grossir pour les comprendre immédiatement. Et quand on n'est pas très à l'aise avec le rp, quand on est stressé, la "pause goûter" est le pire accident qui puisse arrive.

La fin. Relectures, comblements de trous, arrangements.
Il y a ceux qui aiment se relire, et ceux qui n'aiment pas. Il y a ceux qui aiment vérifier par une lecture en diagonale que le rp se tient, et ceux qui relisent paragraphe après paragraphe, au fil de l'écriture. Il ne s'agit donc pas d'ordonner qu'il y a une formule miracle, mais de se plier à toutes ses préférences. Car dans tous les cas, il y a des choses à faire communes pour finir un rp, et pouvoir cliquer sur envoyer.
1) Une relecture ne peut qu'être bénéfique. Pour chasser les étourderies et pour arranger le style. Mais à vous de choisir la relecture que vous préférez. Relecture complète et efficace. Ou bien relecture en diagonale, pour voir s'il n'y a rien de choquant. Ou bien vous relisez uniquement les "paroles" du personnage, car vous jugez que c'est le plus important. Ou encore vous relisez simplement la première phrase de chaque paragraphe, pour voir si tout s'enchaîne. En tout les cas, il est bon de vérifier.
2) Et pendant la relecture, quel que soit son type, vous pouvez revenir sur ce qui ne vous satisfait que moyennement, sur les blancs que vous avez pu laissé. Vous pouvez changer un mot de ci de là en vous aidant d'un dictionnaire de synonymes. Vous pouvez rajouter des morceaux. Vous vous rendez compte que vous avez introduit une comparaison amusante, vous ajoutez donc un paragraphe pour la développer.

Et après, basta. Un rp n'est pas une dissertation. Une fois que vous l'avez écrit (relativement d'une traite) et que vous l'avez arrangé comme une pate à modeler, vous le postez sur le forum. Rien ne vous empêche alors d'éditer pour compléter encore et encore. Mais au moins c'est fait, et vous pouvez passer à autre chose. La vitalité de votre travail d'écriture (écrire d'un jet, relire avec dynamisme pour compléter) se ressent toujours à la lecture. Et même s'il reste des coquilles, vous aurez fait un bon rp, respirant la joie de vivre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpgwakfu-nouvellee.forumactif.org
pnj
avatar
■ Messages : 94
■ Points D'expérience : 528
Date d'inscription : 13/01/2016
MessageSujet: Re: Comment faire du RP   Mar 15 Mar - 15:03


4. L'art du dialogue

Ce tuto est réalisé par Corleone sur Pub RPG Design.



Drôle d’idée de faire un tuto sur les dialogues ? Pas tant que ça, car nombreux sont les dialogues en RPG qui manquent de précision, créant parfois quelques malentendus. Ils sont même parfois inexistants, ce qui n'aide pas toujours le joueur en face!

Il est important que les dialogues d’un RP soient introduits, clairs et concis, permettant au joueur suivant de mieux vous répondre. On voit très souvent des dialogues pris dans la narration, mais à mes yeux, il est nécessaire que ceux-ci soient délimités. Le retour à la ligne est important pour avoir un bon dialogue. Ouvrez un livre, vous observerez que chaque dialogue demande un retour à la ligne. Wink

Une foule de verbes vous offrent cette possibilité de faire vivre vos dialogues, et il ne s’agit pas uniquement de synonymes de « dire ». Voici quelques cas concrets.

Première étape : cas pratique et essais :

C’est à vous de commencer. Que vous aimiez ou non, pas le choix, votre personnage doit absolument demander à son professeur une dispense de sport.
Le prof, grande perche d’1m90 tout en muscles, vous intimide et vous n’osez parler.

Je m’assis sur sa demande et l’observa alors qu’il se penchait par-dessus son bureau pour m’écouter.
-J’ai besoin d’une dispense, monsieur, dis-je.


Ce simple « dis-je » ne permet pas réellement au lecteur de savoir que l’élève est complètement ratatiné sur sa chaise. Essayons autre chose :

-J’ai besoin d’une dispense, monsieur, dis-je d’une petite voix en baissant les yeux.

C’est déjà mieux, non ? On essaye une autre possibilité ?

-J’ai besoin d’une dispense, monsieur, osais-je, en me doutant de la réponse.

>> Ce verbe de « oser » inclus ici l’idée de défi : le prof ne donnera jamais la dispense, mais l’élève tente tout de même. Toutefois, on perd l’intonation de voix que l’on cherchait.

-J’ai besoin d’une dispense, monsieur, murmurais-je, en espérant qu’il m’entende.

>>On place ici une petite touche humoristique – selon la situation. L’élève n’ose parler, tente trois mots devant l’armoire à glace qu’est le professeur…mais on retrouve notre idée de voix basse.

-J’ai besoin d’une dispense, monsieur, quémandais-je.

>>Avec ce terme de « quémander », on obtient un effet suppliant, tel un chien réclamant un morceau de fromage à table.

-J’ai besoin d’une dispense, monsieur, hasardais-je.

>>Là, l’élève se lance au culot. Il hasarde…il tente, on peut même imaginer avec ce verbe qu’il ne croit pas réellement à ses chances ^^

-J’ai besoin d’une dispense, monsieur, m’efforçais-je de prononcer.

>>Avec le verbe « s’efforcer », accompagné de « prononcer » qui inclus une idée de lenteur de la phrase, on retrouve ce que l’on cherchait au départ : l’élève se force à dire les mots, comme s’ils étaient coincés dans sa gorge.


Ceci étant dit, continuons Wink

-J’ai besoin d’une dispense, monsieur, demandais-je en rosissant légèrement.
-Une dispense, répéta-t-il ?
-Oui, acquiesçais-je en baissant les yeux.


A nouveau, vous noterez l’absence des verbes « dire » et « répondre ».
Le verbe « répéter » permet d’inclure cette idée de réponse rapide, sans mille pensées entre les deux.
Le second, « acquiescer », permet de préciser l’attitude du personnage. Il acquiesce, il ne donne donc pas sa réponse à contrecœur.

Poursuivons Smile

-Oui, acquiesçais-je en baissant les yeux.
-C’est hors de question, refusa-t-il en se levant ! Il frappa son bureau de ses mains. Pourquoi à vous et pas un autre, lança-t-il, agacé, tout en faisant le tour de son bureau ?


Hop. Dans cette deuxième phase, on a ajouté le mouvement du professeur, tout en poursuivant le dialogue. Cela casse l’effet d’immobilité que peut créer un dialogue trop long et rend le RP plus réaliste, car nous nous arrêtons rarement de bouger lorsque nous parlons (surtout nous, les femmes, qui pouvons faire plusieurs choses à la fois Razz )

Dernière petite phase…

-C’est hors de question, refusa-t-il en se levant ! Il frappa son bureau de ses mains. Pourquoi à vous et pas un autre, lança-t-il, agacé, tout en faisant le tour de son bureau ? Il ouvrit la porte en grand sous le coup de la colère. Crétin d’élève, marmonna-t-il…besoin d’un café.
-Monsieur, le suppliais-je en trottinant derrière lui ! C’est important !

Du même coup, les protagonistes ont quitté la pièce sans que je sois repassé au mode narratif durant quelques lignes pour cela. La narration pour les déplacements est parfois lourde. Tout en parlant, les personnages ont donc bougé, vécu, quitté la pièce initiale.
Et pas une seule fois, les verbes « dire » et « répondre » ne sont apparus Wink

Osez donc quitter les sentiers battus des synonymes dans vos dialogues, pour y inclure de véritables idées sur vos personnages : leur attitude, notamment, face à la situation. Cela donnera une dynamique à votre RP et le rendra plus vivant Wink


Deuxième étape : le dialogue en RPG:

Le dialogue dans un roman est bien plus facile à manier que le dialogue en RPG mais pourtant, il est tout à fait possible de créer des interactions entre les personnages.

Pour cela, il ne faut pas hésiter à couper le dialogue posté plus haut, sans dénaturer ce qu’a posté votre partenaire de RP. Il est rare qu’une personne parle d’une traite dans un dialogue banal Wink

Techniquement parlant, il faut reprendre le texte de l’autre joueur pour fluidifier la lecture de votre réponse.

Prenons un cas concret Wink

Joueur 1 :

Mike descendit de la voiture, le visage fermé.
-Je ne suis pas d’accord, ronchonna-t-il ! Le prix de l’essence est hors de prix ici !
Il sortit néanmoins sa carte bleue et l’enfonça dans le lecteur, tapant son code rageusement.
-Tu me rembourseras, Emma !

Joueur 2 :

Emma observa Mike, ne comprenant pas sa réaction.
-Je ne suis pas d’accord, lança-t-il, faisant soupirer Emma.
-On n’a pas le choix, commença-t-elle, tu veux que…
-Le prix de l’essence est hors de prix ici, continuait-il sans lui prêter attention !
Emma croisa les bras dans la voiture, levant les yeux au ciel.
-Ca n’est pas si cher que ça…
-Tu me rembourseras, Emma !
-Bien sûr que oui !


Sans ôter tout le sens aux phrases du joueur de Mike, celui d'Emma a pu rendre son dialogue mobile, sans que les phrases ne s'enchaînent sans interaction.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpgwakfu-nouvellee.forumactif.org
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Comment faire du RP   

Revenir en haut Aller en bas
 
Comment faire du RP
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Comment faire une bonne vidéo !
» Comment faire des images...
» comment faire pour pouvoir écouter RTL sur mon Jojo
» Comment faire bouger perso
» comment faire un palmier ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wakfu: Nouvelle Ere ::  :: Règlement et Contexte-
Sauter vers:  
WAKFU est un MMORPG édité par Ankama." Wakfu: Nouvelle Ere " est un site non-officiel sans aucun lien avec Ankama.